Catégories
Projet 2021-2022 THE GREAT ATTRACTION

The “Great Attraction” (1)

Valoriser l’histoire des femmes et du sport

« Les jeunes filles viennent au sport : c’est un fait. Beaucoup s’en réjouissent ; quelques-uns le déplorent ; d’autres encore restent indécis – sinon indifférents – devant cette forme nouvelle de l’activité humaine. »1

C’est par ces mots que Marie Houdré (1883-1982), institutrice puis médecin, pionnière du rugby féminin, observe, en 1921, les débuts du sport féminin en France et les réactions contrastées que suscite cette nouvelle pratique sociale. Car la quête de légitimité des femmes dans le milieu sportif s’enracine dans une longue histoire, qui a souvent réservé la pratique sportive à une élite sociale, blanche et masculine.
En 1900, ce ne sont que 22 femmes (sur 997 athlètes) qui participent aux Jeux olympiques, dans un climat de défiance et d’opposition. Pourtant, loin de faire ombrage aux sportifs masculins, elles ne concourent que dans 5 sports (le tennis, la voile, le croquet, l’équitation et le golf2); il fallut attendre 1928 pour que les premières épreuves féminines d’athlétisme soient accueillies aux Jeux d’Amsterdam et, pour s’en tenir à deux exemples, 1984 pour que le premier marathon olympique féminin soit organisé aux JO de Los Angeles ! Avant même de pouvoir goûter à l’enthousiasme de la compétition et aux joies de l’émulation sportive, les femmes eurent donc à mener un combat, social et culturel, autrement plus difficile.

 

Un corpus inédit

Le corpus, hétérogène et encore inédit, de textes et d’images que nous ont confié les Archives municipales de Rennes, dans le cadre de notre projet collectif, nous offre un tableau saisissant de ces inégalités entre les hommes et les femmes dans le milieu sportif rennais de l’entre-deux-guerres. Ce projet de valorisation numérique fait écho, d’une part, à l’exposition “Rennes 1922” (organisée par le Musée des Beaux-Arts de Rennes) qui retrace l’histoire de la vie culturelle et artistique rennaise de la Belle Époque aux Années Folles, et anticipe, d’autre part, les manifestations culturelles qui accompagneront les Jeux olympiques de Paris de 2024.

Alors que les sources, textuelles et iconographiques, ne cessent de promouvoir la vigueur (virile) des athlètes et réservent la parole à des représentants associatifs ou institutionnels masculins, les femmes n’apparaissent que de façon ponctuelle, et comme incidente : ce sont des capelines de feutre et autres chapeaux à la mode qui s’agitent dans les tribunes de l’hippodrome ou aux abords du stade, de beaux modèles qui viennent décorer les programmes des événements sportifs, tout en faisant la promotion des mécènes et des sponsors.

Et, quand les femmes sont autorisées à concourir, c’est bien souvent dans un costume à l’élégance quelque peu inappropriée :


Photographie – Course des dames à Mordelles (départ), 27 mai 1934. Archives de Rennes, 31 Z 242.

Comme l’explique l’historienne Florence Carpentier :

« les principaux arguments contre la pratique sportive des femmes reposent sur l’idée communément admise par le corps médical et la société que le sexe féminin est un sexe ‘faible’. Les sports, qui demandent un effort physique important, ne sauraient convenir à leur nature supposée fragile, de même que l’effort physique pourrait nuire aux organes génitaux et donc à la procréation. »3

Dès lors, il nous a paru intéressant d’interroger, à partir des archives de Rennes et dans une perspective historique et spatiale, cette marginalisation sociale et culturelle des femmes dans le sport de l’entre-deux-guerres. Comment cette inégalité sociale et culturelle se donne-t-elle à voir, dans les sources dont nous disposons, à l’échelle du territoire (la ville de Rennes et ses installations sportives) et, à travers l’étude des documents, textuels et iconographiques (bulletins d’activités, articles de journaux, photographies, cartes postales, affiches et illustrations – entre autres), à l’échelle des corps et des individus ? Ou, autrement dit, comment cette marginalisation façonne-t-elle les lieux et les corps, confirmant, par là-même, combien s’articulent les représentations sociales, culturelles, politiques et esthétiques ?

Pour rendre compte de ces multiples enjeux et garantir la vulgarisation des savoirs à laquelle participe ce projet de médiation culturelle et numérique, nous avons retenu le modèle d’une story map, conçue à partir du logiciel “ArcGIS StoryMaps” : ce récit virtuel et immersif, enrichi de cartes interactives, de pop-ups et de visionneuses, vient mettre en valeur, de façon visuelle et structurée, les sources qui nous paraissent essentielles, tout en facilitant l’autonomie du public dans son parcours de découverte. À partir de ce dispositif numérique et du jeu d’échelles qu’il rend possible, se dessine ainsi, au cœur de Rennes, la longue histoire du combat des femmes pour l’égalité sportive.


Photographie – Les rameuses de la Société des régates rennaises à l’entraînement, début du XXe siècle. Archives de Rennes, 26 Z 197.

 

  1. Houdré, Marie. « Bienvenue au sport féminin », in La femme sportive : Organe officiel des sociétés féminines sportives de France [en ligne], nº 1, 1er mai 1921, p. 1, mis en ligne le 23/06/2019, consulté le 30/04/2022. Permalien : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32774068w/date. []
  2. Ripa , Yannick. « Les femmes aux jeux Olympiques », Encyclopédie d’histoire numérique de l’Europe [en ligne], ISSN 2677-6588, mis en ligne le 22/06/20, consulté le 13/03/2022. Permalien : https://ehne.fr/fr/node/12316. []
  3. Carpentier, Florence. « Alice Milliat et le premier « sport féminin » dans l’entre-deux-guerres », 20 & 21. Revue d’histoire, vol. 142, no. 2, 2019, pp. 93-107, p. 102. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Déborah Boijoux (5 mai 2022). The “Great Attraction” (1). Master Humanités numériques - Rennes 2. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9yh


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search