Catégories
Les visites d'Enora Projet 2020-2021

Les visites d’Enora : Genre et institutions éducatives en Bretagne Historique au XXe siècle / Communication (3/3)

Lorsqu’il s’agit d’un projet de médiation numérique, la frontière entre médiation et communication a tendance à se fondre.1 C’est sur cette base que nous avons voulu fonder notre stratégie de communication pour notre projet de roman visuel sur l’éducation genrée au XXe siècle, en Bretagne historique.

Ainsi, nous souhaitons créer des supports de communication conçus comme des outils de médiation secondaire. Leur rôle est de montrer les coulisses du projet, mais également ses éléments périphériques. De fait, notre projet se concentre autour de quatre types d’institutions qui s’occupent de la question de l’éducation en dehors du système scolaire classique. Il nous semblait donc important, dans notre communication, de commencer à introduire des éléments d’informations sur les différents types d’institutions que nous allons évoquer. 

Exemple d’élément provenant de la conception du projet et pouvant servir à la promotion
1er jets pour Enora, Dessins de Solenn Deléon
  1. COUILLARD Noémie, Les community managers des musées français : identité professionnelle [en ligne], Thèse en Sciences de l’information et de la communication, Université d’Avignon et Université du Québec à Montréal, 2017. URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01715055 [Consulté le 08/04/2021] []
Catégories
Les visites d'Enora Projet 2020-2021

Les visites d’Enora : Genre et institutions éducatives en Bretagne Historique au XXe siècle / Les outils numériques (2/3)

Capture d’écran du jeu “Les visites d’Enora” – Dessin de Solenn Deléon

Une fois la thématique de notre projet définie, nous avons cherché à imaginer sa concrétisation. Après un bref parcours des collections des deux institutions commanditaires, nous avons décidé de porter notre attention sur les documents photographiques puis audiovisuels. Le choix des outils pour la mise en œuvre technique devait donc se subordonner aux types de sources utilisées.
Dès le début de notre réflexion, nous avons envisagé les idées de jeu, d’histoire puis de récit à choix multiples. Le but était de présenter autre chose qu’une succession d’images linéaires tel un simple diaporama. Nous étions alors nombreux à avoir en tête le souvenir de divers jeux vidéo de type point and click, c’est-à-dire un jeu d’aventure où les interactions, notamment avec les objets du décor, s’effectuent par un clic de souris. Nous nous sommes alors interrogés sur notre capacité à réaliser un tel jeu. En effet, nous ne formons pas un studio de développement et nos compétences dans ce domaine précis sont limitées.

Catégories
Les visites d'Enora Projet 2020-2021

Les visites d’Enora : Genre et institutions éducatives en Bretagne Historique au XXe siècle / Les enjeux scientifiques (1/3)

Simone de Beauvoir écrivait, dans Le deuxième Sexe, « On ne naît pas femme, on le devient »1 en réponse à la célèbre formule d’Erasme.2

Hervagault Jean, Enfants déguisés en adultes, 1930 – 1932, Val-d’Izé (Conservé au Musée de Bretagne, Rennes, Licence CC-BY-SA).

En s’appuyant sur cette citation, on peut déduire que le genre d’un être humain est un élément social qui se construit au cours de sa vie. Si l’on ne naît pas femme, on ne naît pas homme non plus. Cette définition moderne du genre en fait un élément non inféré au sexe de l’individu. Contrairement à la vision classique qui en faisait un tout en codépendance, le genre n’étant que l’expression du sexe voire un synonyme, désormais le genre n’est pas inhérent à nos organes sexués. 

L’utilisation du terme « genre » dans le but de définir une construction sociale et relationnelle est d’abord apparue dans des réflexions féministes, particulièrement aux États-Unis, enclenchant par la suite la création et l’ascension des gender studies. Nathalie Davis déclare ainsi en 1975 : « Notre objectif, c’est de découvrir l’étendue des rôles sexuels et du symbolisme sexuel dans différentes sociétés et périodes, de trouver quel était leur sens et comment ils fonctionnaient pour maintenir l’ordre social et pour le changer ».3 L’intérêt est donc de montrer que les différences entre hommes et femmes ne tiennent pas du déterminisme biologique mais bien d’un fondement social, d’une attribution de rôles qui s’est construit au cours des siècles. L’autrice Joan Scott décrit le genre comme « un élément constitutif des rapports sociaux fondé sur des différences perçues entre les sexes » 4 ainsi que comme « une façon première de signifier des rapports de pouvoir ». 5 La notion de genre, telle que la notion de classe ou de race, renvoie à un système de lutte de groupe pour le pouvoir avec des dominants et des dominés.

  1. BEAUVOIR Simone, Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1949. []
  2. “L’homme ne naît pas homme, il le devient.” – Erasme, De pueris instituendis, 1519. Comment éduquer les enfants, 1er traduction en français, 1537. []
  3. ZEMON DAVIS Natalie, « Women’s History in Transition : The European Case », Feminist Studies, vol. 3, Winter 1975-76, p. 90. []
  4. SCOTT Joan. « Genre : une catégorie utile d’analyse historique »  in Jeanne Bisilliat et Christine Verschuur, Le genre : un outil nécessaire : Introduction à une problématique, Cahiers Genre et Développement, n°1. Genève, Paris : EFI/AFED, L’Harmattan, 2000, pp. 41-67. []
  5. ibid []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search