Catégories
Projet 2020-2021 Prudence, mère de sûreté

Communication et valorisation – Prudence, mère de sûreté (3/3)

Notre exposition virtuelle « Prudence, mère de sûreté » s’adresse à un public d’ enfants relativement jeunes et à leurs parents. Notre exposition est construite dans une logique d’interaction où l’adulte se veut l’intermédiaire entre le contenu et l’enfant, qui est le public cible. Dès lors, notre stratégie de communication est centrée sur l’objectif d’atteindre et d’intéresser les jeunes parents ou les parents d’enfants d’environ 10/12 ans. Se voulant pédagogique, et donc accessible pour des classes par exemple, notre exposition peut aussi intéresser des enseignants.

Ainsi, dans une logique d’attirer le plus grand nombre possible de personnes, nous avons pensé privilégier notre communication via des posts Facebook, un canal qui a le plus de chance d’atteindre ce public. En effet, d’autres réseaux sociaux comme Twitter et Instagram viseraient davantage un public adolescent ou de jeunes adultes, qui ne constitue pas la cible principale de notre exposition. Nous privilégions l’approche suivante, des communications assez régulières et détaillées laissant entrevoir quelques parties de l’exposition finale.

Catégories
Les visites d'Enora Projet 2020-2021

Les visites d’Enora : Genre et institutions éducatives en Bretagne Historique au XXe siècle / Communication (3/3)

Lorsqu’il s’agit d’un projet de médiation numérique, la frontière entre médiation et communication a tendance à se fondre.1 C’est sur cette base que nous avons voulu fonder notre stratégie de communication pour notre projet de roman visuel sur l’éducation genrée au XXe siècle, en Bretagne historique.

Ainsi, nous souhaitons créer des supports de communication conçus comme des outils de médiation secondaire. Leur rôle est de montrer les coulisses du projet, mais également ses éléments périphériques. De fait, notre projet se concentre autour de quatre types d’institutions qui s’occupent de la question de l’éducation en dehors du système scolaire classique. Il nous semblait donc important, dans notre communication, de commencer à introduire des éléments d’informations sur les différents types d’institutions que nous allons évoquer. 

Exemple d’élément provenant de la conception du projet et pouvant servir à la promotion
1er jets pour Enora, Dessins de Solenn Deléon
  1. COUILLARD Noémie, Les community managers des musées français : identité professionnelle [en ligne], Thèse en Sciences de l’information et de la communication, Université d’Avignon et Université du Québec à Montréal, 2017. URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01715055 [Consulté le 08/04/2021] []
Catégories
Projet 2020-2021 Voyage d'autres temps

Réinvestir les objets des collections, une enfance entre cristallisation et mouvance (1/3)

La genèse de Voyage d’autres temps : de la thématique de l’enfance vers les collections

Au sein de son étude L’objet culturel et ses fonctions médiatrices1, Emmanuel Diet s’intéresse à la fonction socio-historique de « l’objet culturel » et explique notamment :

« Dans le registre intersubjectif, l’objet culturel est intermédiaire entre les sujets comme référence commune, prétexte, support et signe des liens. Il est marque d’appartenance, signifiant des valences inconscientes qu’il configure, permet et exprime. Il rassemble, divise ou oppose en fonction de sa forme et de son contenu les sujets en sa présence. Il vaut comme signe de ralliement, objet de croyance ou fétiche idéalisé, support de l’illusion groupale ou médium de la copensée et de la collaboration.2 ».

Lorsque nous avons pris connaissance de la thématique « Culture matérielle de l’enfance » et que nous nous sommes penchés par conséquent sur les collections du Musée de Bretagne et de la Cinémathèque de Bretagne, les objets nous sont apparus avant tout comme des vecteurs mémoriels. D’une part, les éléments relatifs à l’enfance trouvés dans les fonds de ces deux institutions, en particulier les photographies et les films, mais également les jouets et autres objets en lien avec les enfants, avaient pour principale caractéristique de cristalliser un état passager, éphémère, de leur développement. Cette cristallisation nous était accessible, mais nous percevions également quelle place elle pouvait prendre au sein des rapports familiaux, ainsi que l’importance pour un entourage de préserver ces artefacts intimement liés à l’enfant. D’autre part, ces objets étaient également de potentiels véhicules de souvenirs majeurs pour l’enfant lui-même : appréhension de ses origines, mais aussi des enfances de ses propres ascendants. Ainsi, les collections étaient pour nous de véritables témoignages non seulement sur, mais également au service de l’enfant. Si l’on se rapporte de nouveau aux propos d’Emmanuel Diet3, l’on peut confirmer cette hypothèse qu’effectivement, l’objet peut occuper une place majeure dans la construction des « liens3 » sociaux et dans notre cas de figure, plus particulièrement dans la sphère familiale. Nous avions donc défini notre angle d’approche des collections : l’objet lié à l’enfance en tant que porteur d’une mémoire.

  1. Diet, Emmanuel, « L’objet culturel et ses fonctions médiatrices », Connexions, 2010/1 (n° 93), p. 39-59. DOI : 10.3917/cnx.093.0039. []
  2. Pais de Brito,Joaquim, « L’objet, le musée et la main interdite », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 40-1, 2010. Disponible à https://journals.openedition.org/mcv/3363. []
  3. Diet, Emmanuel, « L’objet culturel et ses fonctions médiatrices », Connexions, 2010/1 (n° 93), p. 39-59. DOI : 10.3917/cnx.093.0039. [] []
Catégories
Projet 2020-2021 Voyage d'autres temps

Réinvestir les objets des collections, une enfance entre cristallisation et mouvance (2/3)

Le vidéoludique comme médium d’accueil

Ces enjeux scientifiques évoqués, nous pouvions réfléchir au public que nous souhaitions viser. À partir de nos réflexions sur l’importance des collections au service de l’enfant mais aussi de son entourage, nous avons voulu proposer un format d’exposition qui pourrait s’adresser à la fois aux jeunes, mais aussi à un public plus âgé, afin de reproduire ce lien que nous avions perçu dans la nature même des objets. Le projet devait donc proposer un axe ludique majeur, si possible en mettant en jeu le rapport familial. L’idée de procéder à la création d’un jeu-vidéo a donc émergé de ce substrat réflexif, puisqu’il permettait non seulement de créer une histoire autour de ces réflexions, mais également de proposer une activité qui pourrait être partagée de manière intergénérationnelle. Nous souhaitions embrasser un mode de jeu populaire, avec des codes aisément reconnaissables, et proposant une mécanique facile à prendre en mains pour les plus jeunes et les moins avertis. Le format du RPG nous a alors parut particulièrement pertinent.

Catégories
Projet 2020-2021 Voyage d'autres temps

Réinvestir les objets des collections, une enfance entre cristallisation et mouvance (3/3)

La médiation : concilier le public visé avec une volonté de promouvoir le projet

Cette phase de réalisation concrète du projet entamée, nous avons parallèlement à notre travail pensé à la valorisation du jeu que nous allions proposer, en dehors de sa mise à disposition seule lors de sa parution.

Nous avons décidé après discussion que le meilleur moyen de promouvoir le projet serait l’ouverture d’un compte éphémère sur un réseau social, qui précéderait la mise en ligne du jeu et prendrait fin quelques temps après celle-ci (afin d’éviter l’effet d’inactivité par la suite). En effet, en temps de pandémie et alors que des lieux d’accueil tels que le Musée de Bretagne étaient inaccessibles, le déploiement d’une médiation par le biais d’espaces numériques semblait tout indiqué. Twitter nous est apparu comme le lieu le plus approprié pour mettre en place cette communication avec le public. Dynamique et utilisé massivement – avec huit millions d’utilisateurs en France en janvier 20211 – il offrait un lieu de passage idéal pour mettre en lumière notre création. Si le jeune public n’y était que peu présent voire absent, la tranche des 18-49 ans représentant 80,2 % des utilisateurs2, nous touchions malgré tout un public large et ayant déjà l’usage du numérique par définition.  Par ailleurs, étant un réseau également utilisé par les partenaires du projet, le Musée de Bretagne et la Cinémathèque de Bretagne, ce choix permettrait un renvoi à ces derniers lors des différents « tweets3 », voire de « retweeter4 » ce que les institutions publieraient. Nous serions également en mesure de créditer l’Université Rennes 2 possédant un compte sur ce réseau social, le projet étant réalisé dans le cadre de notre formation.

  1. Tankovska, H., « Countries with the most Twitter users 2021 », Statista, 09/02/2021. []
  2. Tankovska, H., « Twitter : distribution of global audiances 2021, by age group », Statista, 09/02/2021. Les statistiques étant réparties ainsi dans la tranche des 18-45 ans : 25,2% pour les utilisateurs de la tranche 18-24 ans, 26,6% pour celle des 25-34 ans et enfin, 28,4% pour celle des 35-49 ans. Les 13-17 ans quant à eux représentent 7,8% des utilisateurs. []
  3. Terme faisant référence aux messages sur Twitter. []
  4. Terme employé pour la publication de messages écrits par des tiers sur sa propre page Twitter, conservant l’auctorialité première. []
Catégories
Les visites d'Enora Projet 2020-2021

Les visites d’Enora : Genre et institutions éducatives en Bretagne Historique au XXe siècle / Les outils numériques (2/3)

Capture d’écran du jeu « Les visites d’Enora » – Dessin de Solenn Deléon

Une fois la thématique de notre projet définie, nous avons cherché à imaginer sa concrétisation. Après un bref parcours des collections des deux institutions commanditaires, nous avons décidé de porter notre attention sur les documents photographiques puis audiovisuels. Le choix des outils pour la mise en œuvre technique devait donc se subordonner aux types de sources utilisées.
Dès le début de notre réflexion, nous avons envisagé les idées de jeu, d’histoire puis de récit à choix multiples. Le but était de présenter autre chose qu’une succession d’images linéaires tel un simple diaporama. Nous étions alors nombreux à avoir en tête le souvenir de divers jeux vidéo de type point and click, c’est-à-dire un jeu d’aventure où les interactions, notamment avec les objets du décor, s’effectuent par un clic de souris. Nous nous sommes alors interrogés sur notre capacité à réaliser un tel jeu. En effet, nous ne formons pas un studio de développement et nos compétences dans ce domaine précis sont limitées.

Catégories
Les visites d'Enora Projet 2020-2021

Les visites d’Enora : Genre et institutions éducatives en Bretagne Historique au XXe siècle / Les enjeux scientifiques (1/3)

Simone de Beauvoir écrivait, dans Le deuxième Sexe, « On ne naît pas femme, on le devient »1 en réponse à la célèbre formule d’Erasme.2

Hervagault Jean, Enfants déguisés en adultes, 1930 – 1932, Val-d’Izé (Conservé au Musée de Bretagne, Rennes, Licence CC-BY-SA).

En s’appuyant sur cette citation, on peut déduire que le genre d’un être humain est un élément social qui se construit au cours de sa vie. Si l’on ne naît pas femme, on ne naît pas homme non plus. Cette définition moderne du genre en fait un élément non inféré au sexe de l’individu. Contrairement à la vision classique qui en faisait un tout en codépendance, le genre n’étant que l’expression du sexe voire un synonyme, désormais le genre n’est pas inhérent à nos organes sexués. 

L’utilisation du terme « genre » dans le but de définir une construction sociale et relationnelle est d’abord apparue dans des réflexions féministes, particulièrement aux États-Unis, enclenchant par la suite la création et l’ascension des gender studies. Nathalie Davis déclare ainsi en 1975 : « Notre objectif, c’est de découvrir l’étendue des rôles sexuels et du symbolisme sexuel dans différentes sociétés et périodes, de trouver quel était leur sens et comment ils fonctionnaient pour maintenir l’ordre social et pour le changer ».3 L’intérêt est donc de montrer que les différences entre hommes et femmes ne tiennent pas du déterminisme biologique mais bien d’un fondement social, d’une attribution de rôles qui s’est construit au cours des siècles. L’autrice Joan Scott décrit le genre comme « un élément constitutif des rapports sociaux fondé sur des différences perçues entre les sexes » 4 ainsi que comme « une façon première de signifier des rapports de pouvoir ». 5 La notion de genre, telle que la notion de classe ou de race, renvoie à un système de lutte de groupe pour le pouvoir avec des dominants et des dominés.

  1. BEAUVOIR Simone, Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1949. []
  2. “L’homme ne naît pas homme, il le devient.” – Erasme, De pueris instituendis, 1519. Comment éduquer les enfants, 1er traduction en français, 1537. []
  3. ZEMON DAVIS Natalie, « Women’s History in Transition : The European Case », Feminist Studies, vol. 3, Winter 1975-76, p. 90. []
  4. SCOTT Joan. « Genre : une catégorie utile d’analyse historique »  in Jeanne Bisilliat et Christine Verschuur, Le genre : un outil nécessaire : Introduction à une problématique, Cahiers Genre et Développement, n°1. Genève, Paris : EFI/AFED, L’Harmattan, 2000, pp. 41-67. []
  5. ibid []
Catégories
Projet 2020-2021 Prudence, mère de sûreté

Nos outils numériques – Prudence, mère de sûreté (2/3)

Afin de mettre en œuvre notre projet « Prudence, mère de sûreté », nous avons employé un certain nombre d’outils numériques qui nous ont permis de réaliser les différentes tâches inhérentes à la production d’une exposition virtuelle. Celle-ci portera sur le thème de l’enfance, et plus précisément sur l’évolution des normes de sécurité entourant les enfants, depuis le début du XXe siècle. Nous avons choisi de nous appuyer sur le format de la bande dessinée, en réalisant une série de mini-récits portant sur l’une des quatre sous-thématiques que nous avons dégagées de notre sujet : l’alimentation; les loisirs; la médecine et l’hygiène; les soins et l’éducation. Notre premier travail a été de sélectionner nos outils numériques, en fonction de cet objectif.

Catégories
Projet 2020-2021 Prudence, mère de sûreté

Les enjeux scientifiques du projet – Prudence, mère de sûreté (1/3)

L’évolution des rapports à la santé et à la sécurité de l’enfant au cours du XXe siècle

Le choix de notre sujet repose sur un constat : en explorant les collections du Musée et de la Cinémathèque de Bretagne, nous nous sommes aperçus que certaines pratiques (l’emmaillotage, l’alcoolisation, etc.) ou certains objets (le trotteur, le biberon à tube, etc.) ne seraient plus tolérés aujourd’hui. Ce changement de perception témoigne d’une attention croissante portée à la sécurité. En effet, dès la fin du XIXe siècle, face à une mortalité infantile qui préoccupe les autorités, on assiste au développement de la puériculture1. Celle-ci tente d’imposer des normes en termes de soin et d’éducation faite aux enfants. Ces normes évoluent tout au long du XXe siècle, au gré des progrès scientifiques et des bouleversements sociaux (industrialisation croissante, mouvements féministes, etc.). Ainsi, le soin porté à l’enfant a beaucoup intéressé les médecins, les sociologues, les historiens, etc. ; il a fait l’objet d’un terrain d’enquête inédit. Nous pouvons citer à titre d’exemples les travaux du docteur Variot, qui ouvrit le premier dispensaire dit « Goutte de lait » en 1892 ; les travaux de la sociologue S. Gojard, qui s’est penchée sur la question de l’allaitement au XXe siècle ; ou encore les travaux de l’historien S. Henry qui s’est intéressé aux rouages de la lutte contre la tuberculose en Normandie entre 1879 et 1939. À partir des collections muséales, filmiques et des travaux théoriques, nous avons soulevé plusieurs interrogations : comment les discours autour de la sécurité des enfants reflètent-ils la façon dont ils sont considérés ? L’intérêt porté à la sécurité dans la conception des objets destinés aux enfants traduit-il une évolution du lien parents / enfants ? Et enfin, quel est l’impact du contexte historique sur l’évolution des normes sécuritaires et sanitaires ? De fait, quatre thématiques ont émergé de cette réflexion : l’alimentation, les loisirs, la médecine / l’hygiène, et les soins / l’éducation.

  1. CANDILIS-HUISMAN D., « Du maillot au berceau. Le nourrisson dans les théories populaires et savantes de la puériculture ancienne », dans La construction des liens familiaux pendant la première enfance, 1995, p. 27-44. []